Billie – Anna Gavalda

Il faut absolument que je vous parle de ce livre !

Ce livre, que je n’aurais sans doute pas acheté moi-même, est arrivé chez moi en clandestin, dans les bagages de ma maman. Elle l’avait acheté à l’aéroport pour tuer le temps alors que son vol avait été retardé.

J’avoue que, même si j’ai beaucoup aimé Ensemble, c’est tout du même auteur, ici le titre ne m’inspirait pas beaucoup. La couverture encore moins. Et le comble, c’est que quand j’ai demandé à ma mère ce qu’elle en pensait, elle m’a répondu : « C’est vulgaire ! C’est plein de gros mots ! »

Aïe ! Ça va pas l’faire alors, me suis-je dit… La grossièreté, c’est pas du tout ma tasse de thé. Les gros mots, je les ai bannis de ma bouche il y a 20 ans et du même coup, je les ai éliminés de mon univers. Vous savez, c’est comme pour la fumée de cigarette : quand on ne fume pas soi-même, on est fortement incommodé par la fumée des autres.  C’était donc mal parti pour ce livre-là…

Mais bon, poussée par la curiosité, je l’ai ouvert malgré tout et… Waouw !!!

C’est vrai que c’est plein de gros mots. Que c’est même trash par moments. Parce que c’est ça, la réalité de Billie ; celle dans laquelle elle a baigné. Elle ne connait rien d’autre.

Après quelques phrases, les gros mots qui me gênent tellement d’habitude, je ne les ai plus vus. Plus du tout. Je vous assure que c’est vrai. A la place, j’ai vu la grande délicatesse de cœur des deux protagonistes ; la pureté de leurs sentiments ; la force du lien improbable qui les lie l’un à l’autre et les amène finalement à se tenir lieu l’un l’autre de famille.

Décidément, j’aime beaucoup Anna Gavalda ! C’est vraiment une magicienne ! Avec beaucoup de subtilité, elle nous emmène au-delà de la laideur apparente, pour voir la vraie beauté des êtres. Subjuguant !

« On ne juge pas un livre à sa couverture » – voilà une expression qui colle parfaitement à ce livre-ci.

Je l’ai ouvert il y a deux jours sans grande conviction. Hier soir, je l’ai refermé avec un drôle de chatouillis dans la gorge et l’impression étrange d’avoir touché du doigt les étoiles.

1454842_422486001214607_1339363837_n

Publicités

Ensemble, c’est tout – Anna Gavalda

Quel excellent livre ! Il m’a tenue en haleine jusqu’à 4h du matin !
Pourtant, je n’ai plus l’âge de faire des nuits blanches, ça, vous pouvez me croire !

Ensemble, c'est tout

Camille, une anorexique dépressive qui a troqué ses crayons et sa planche à dessin contre des chiffons et un aspirateur, est recueillie par Philibert de Machin Chose, un personnage hors du temps, brillant, bègue et peu de sûr de lui. Celui-ci hébergeait déjà le très viril Franck dont la vie tourne autour de son travail de cuisinier et ses visites à Paulette, sa grand-mère, qu’il a dû se résoudre à placer en maison de retraite, et qui en crève.

J’ai beaucoup aimé cette galerie de personnages, tous un peu fragiles, avec des failles comme dans la vraie vie, et qui finissent par apprécier tout simplement le fait d’être ensemble malgré leurs différences. D’être juste là les uns pour les autres. Les liens se tissent et l’essentiel, finalement, est ce qui n’est pas dit. J’ai trouvé ça très subtil.

Et je paie encore le prix de ma lecture nocturne !

%d blogueurs aiment cette page :